AccidentBiodiversitéCatastrophe sanitaireCatastrophesChlorure de vinyleÉcologieEnvironnementÉtats-UnisFauneInternationalpARNiPollutionPollution chimiqueSanté

Pollution chimique dans l’Ohio suite au déraillement d’un train : avis d’expert sur les risques environnementaux à long terme

Note de la rédaction : notre article hier relatant la catastrophe se terminait sur les interrogations concernant ces risques à long terme. Nous sommes ravis de partager à chaud cet article d’avis sur cette question d’Andrew J. Whelton, professeur d’ingénierie civile spécialisé dans les questions environnementales et écologiques, à la Purdue University aux États-Unis.

Des maux de tête et des odeurs chimiques persistantes provenant d’un déraillement de train enflammé à East Palestine, Ohio, ont laissé les résidents inquiets pour leur air et leur eau, et la désinformation sur les réseaux sociaux n’a pas aidé.

Les représentants de l’État ont donné plus de détails sur le processus de nettoyage et une chronologie de la catastrophe environnementale lors d’une conférence de presse le 14 février 2023.

Près d’une douzaine de wagons transportant des produits chimiques, dont du chlorure de vinyle, un produit cancérigène, ont déraillé dans la soirée du 3 février, et le feu qui s’est déclaré sur le site a dégagé une fumée noire âcre. Les autorités ont déclaré qu’elles avaient testé la contamination de plus de 400 maisons voisines et qu’elles suivaient la trace d’un panache de produits chimiques déversés qui avait tué 3 500 poissons dans des cours d’eau et atteint la rivière Ohio.

Cependant, la lenteur de la diffusion des informations après le déraillement a laissé de nombreuses questions sans réponse sur les risques et l’impact à long terme. Nous avons posé cinq questions sur les rejets chimiques à Andrew Whelton, un ingénieur en environnement qui étudie les risques chimiques lors de catastrophes.

Quels sont les produits chimiques du train déraillé les plus dangereux pour la santé humaine et l’environnement à long terme, et quel est l’impact connu à ce jour ?

Les principales préoccupations sont désormais la contamination des habitations, du sol et de l’eau, principalement par des composés organiques volatils et des composés organiques semi-volatils, connus sous le nom de COV et COSV.

Le train comptait près d’une douzaine de wagons contenant du chlorure de vinyle et d’autres matériaux, tels que l’acrylate d’éthylhexyle et l’acrylate de butyle. Ces produits chimiques présentent différents niveaux de toxicité et différents destins dans le sol et les eaux souterraines. Les autorités ont détecté certains de ces produits chimiques dans le cours d’eau voisin et des particules dans l’air provenant de l’incendie. Mais jusqu’à présent, le sort de bon nombre de ces produits chimiques n’est pas connu. Diverses autres matières ont également été libérées, mais les discussions sur ces produits chimiques ont été limitées.

Les autorités de l’État ont révélé qu’un panache de contamination rejeté dans le ruisseau voisin s’était retrouvé dans la rivière Ohio. D’autres villes tirent leur eau potable de cette rivière et ont été averties du risque. Plus ce panache se déplace vers l’aval, moins la substance chimique sera concentrée dans l’eau et moins le risque sera grand.

À long terme, le risque le plus élevé se situe à proximité du lieu du déraillement. Là encore, on ne dispose que de peu d’informations sur les produits chimiques présents, ou créés par des réactions chimiques au cours de l’incendie.

On ne sait pas encore quelle quantité s’est retrouvée dans les collecteurs d’eaux pluviales, a été évacuée dans les cours d’eau ou s’est déposée au fond des cours d’eau.

Il y avait également beaucoup de particules brûlées. La fumée noire en est une indication claire. On ne sait pas encore quelle quantité s’est diluée dans l’air ou est tombée au sol.

Combien de temps ces produits chimiques peuvent-ils rester dans le sol et l’eau, et quel est leur risque potentiel à long terme pour les humains et la faune ?

Plus le produit chimique est lourd, plus il se dégrade lentement et plus il est susceptible d’adhérer au sol. Ces composés peuvent rester pendant des années s’ils ne sont pas traités.

Après la rupture de l’oléoduc de la rivière Kalamazoo dans le Michigan en 2010, l’Agence américaine de protection de l’environnement a creusé un affluent où le pétrole s’est déposé. Les déversements de pétrole sur les côtes de l’Alaska et de l’Alabama nous ont également montré que les produits chimiques pétroliers peuvent se retrouver dans le sol si celui-ci n’est pas assaini.

L’impact à long terme dans l’Ohio dépendra en partie de la rapidité – et de la profondeur – du nettoyage.

Si les sols et les liquides fortement contaminés sont excavés et éliminés, les impacts à long terme peuvent être réduits. Mais plus l’enlèvement est long, plus la contamination peut s’étendre. Il est dans l’intérêt de tous de procéder au nettoyage le plus rapidement possible et avant que la région ne subisse des pluies.

Les dispositifs d’extraction de l’air, comme celui-ci utilisé après le déraillement, peuvent aider à séparer les produits chimiques de l’eau. U.S. EPA

Des barrages flottants ont été déployés dans un cours d’eau voisin pour capturer les produits chimiques. Des dispositifs de strippeurs à air ont été déployés pour éliminer les produits chimiques des cours d’eau. Les strippeurs à air font en sorte que les produits chimiques légers quittent l’eau et entrent dans l’air. Il s’agit d’une technique de traitement courante, qui a été utilisée après une marée noire survenue en 2015 dans la rivière Yellowstone, près de Glendive, dans le Montana.

Sur le site du déraillement en Ohio, les travailleurs retirent déjà le sol contaminé jusqu’à 7 pieds (environ 2 mètres) de profondeur près de l’endroit où les wagons ont brûlé.

Certains des wagons ont été intentionnellement vidés et les produits chimiques mis à feu pour les éliminer. Cet incendie a dégagé une épaisse fumée noire. Que pensez-vous des produits chimiques et des risques à long terme ?

L’incinération est l’un des moyens d’éliminer les produits chimiques dangereux, mais une destruction chimique incomplète crée une foule de sous-produits. Les produits chimiques peuvent être détruits lorsqu’ils sont portés à des températures extrêmement élevées afin qu’ils brûlent complètement.

Le panache de fumée noire que l’on a vu à la télévision était une combustion incomplète. Un certain nombre d’autres produits chimiques ont été créés. Les responsables ne savent pas nécessairement ce qu’ils étaient ou où ils sont allés jusqu’à ce qu’ils les analysent.

Nous savons que les cendres peuvent présenter des risques pour la santé, c’est pourquoi nous effectuons des tests à l’intérieur des maisons après les incendies de forêt où les structures brûlent. C’est l’une des raisons pour lesquelles le directeur de la santé de l’État a demandé aux résidents dont les puits privés se trouvent à proximité ou sous le vent du déraillement d’utiliser de l’eau en bouteille jusqu’à ce qu’ils puissent faire tester leurs puits.

L’Agence pour la protection de l’environnement (EPA) a examiné les maisons situées à proximité du déraillement pour vérifier la qualité de l’air intérieur. Comment ces produits chimiques pénètrent-ils dans les maisons et que deviennent-ils dans les espaces clos ?

Les maisons ne sont pas étanches à l’air, et il arrive que de la poussière et d’autres matériaux s’infiltrent. Cela peut se faire par une porte ouverte ou un rebord de fenêtre. Parfois, les gens les laissent traîner à l’intérieur.

Jusqu’à présent, l’EPA n’a signalé aucune preuve de niveaux élevés de chlorure de vinyle ou de chlorure d’hydrogène dans les quelque 400 maisons testées. Mais la transparence totale a fait défaut. Ce n’est pas parce qu’une agence effectue des tests qu’elle recherche ce qu’elle doit rechercher.

Les médias parlent de quatre ou cinq produits chimiques, mais le manifeste de Norfolk Southern mentionne également un tas d’autres matériaux dans les réservoirs qui ont brûlé. Tous ces matériaux créent potentiellement des centaines ou des milliers de COV et de COSV.

Les agents gouvernementaux procèdent-ils à des analyses pour tout ce qu’ils devraient tester ?

Les habitants de la communauté ont signalé des maux de tête, qui peuvent être causés par les COV et d’autres produits chimiques. Ils sont naturellement inquiets.

Les responsables fédéraux et de l’Ohio doivent mieux communiquer sur ce qu’ils font, pourquoi et ce qu’ils prévoient de faire. Les questions auxquelles ils tentent de répondre ne sont pas claires. Pour une catastrophe aussi grave, il y a eu peu d’informations sur les analyses pratiquées.

En l’absence de cette transparence, la désinformation comble ce vide. Du point de vue du propriétaire, il est difficile de comprendre le véritable risque si les données ne sont pas communiquées.

Pour aller plus loin

Texte paru initialement en anglais dans The Conversation, traduit par la Rédaction. La traduction étant protégée par les droits d’auteur, cet article traduit n’est pas libre de droits. Nous autorisons la reproduction avec les crédits appropriés : « Citizen4Science/Science infuse » pour la version française avec un lien vers la présente page.

Cet article GRATUIT de journalisme indépendant à but non lucratif vous a intéressé ? Il a pour autant un coût ! Celui de journalistes professionnels rémunérés, celui de notre site internet et d’autres nécessaire au fonctionnement de la structure. Qui paie ? nos lecteurs pour garantir notre ultra-indépendance. Votre soutien est indispensable.

Science infuse est un service de presse en ligne agréé (n° 0324 x 94873) piloté par Citizen4Science, association à but non lucratif d’information et de médiation scientifique.
Notre média dépend entièrement de ses lecteur pour continuer à informer, analyser, avec un angle souvent différent car farouchement indépendant. Pour nous soutenir, et soutenir la presse indépendante et sa pluralité, faites un don pour que notre section presse reste d’accès gratuit, et abonnez-vous à la newsletter gratuite également !

Propulsé par HelloAsso

ou via J’aime l’Info, partenaire de la presse en ligne indépendante

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
29 − 14 =