ActualitésAMFBourseFinanceMarchés financiers

Portrait type des investisseurs en bourse actifs en 2022 par l’AMF – seulement 30 % de femmes

Qui intervient en bourse, sur quels types de titres, et dans quel tranches d’âge ? L’Autorité des marchés financiers a analyse le profil des investisseurs qui ont acheté et vendu des titres financiers l’an passé

Un investisseur actif est une personne qui a effectué au moins une opération en bourse au cours de l’année, à la vente ou à l’achat. En France en 2022, cela représente 2,1 % de la population, dont 30 % de femmes. Attention : les investisseurs titulaires de titres au 31 décembre 2021 mais qui n’ont fait aucune transaction boursière en 2022 sont exclus.

Infographie AMF

Comportement différencié entre hommes et femmes

Les hommes actifs en bourse sont dans les premières tranches d’âge. Les proportions augmentent plus progressivement au fil des classes d’âge pour les femmes. D’un point de vue quantitatif, les hommes font 1, 5 à 2 fois plus de transactions que les femmes, quelle que soit la tranche d’âge, et pour des montants assez proches.

Infographie AMF

Les instruments privilégiés sont les actions pour 78 % des investisseurs, les fonds côtés sur indices (exchange traded funds ou ETF) arrivant loin derrière, puis plus complexes, les warrants, certificats ou contrats dérivés, tout cela loin devant les obligations.

L’AMF avait établi précédemment un baromètre 2022 de l’épargne et de l’investissement, montant que près de 8 femmes sur 10 mettent de l’argent de côté mensuellement ou occasionnellement , tout autant que les hommes. Ces épargnantes estiment pouvoir épargner en moyenne un montant de 210 euros par mois, contre 280 euros pour les hommes.  Les femmes ne représentent donc que 30 % des investisseurs actifs en 2022, on sait qu’elles se tournement plus fréquemment que les hommes vers un conseiller ou vers des proches pour s’informer avant de souscrire un placement 
En outre, les femmes refusent davantage le risque que les hommes, et ont le sentiment de moins s’y connaître que les hommes (29 % contre 42 %), ce qui ne reflète pas la réalité quand leurs connaissances sont testées (peu d’écarts constatés).

Pour aller plus loin

Pour aller plus loin

Science infuse est un service de presse en ligne agréé (n° 0324 x 94873) piloté par Citizen4Science, association à but non lucratif d’information et de médiation scientifique doté d’une Rédaction avec journalistes professionnels. Nous défendons farouchement notre indépendance. Nous existons grâce à vous, lecteurs. Pour nous soutenir, faites un don ponctuel ou mensuel.

Propulsé par HelloAsso

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
26 + 18 =