ActualitésAntisémitismeCancel CultureCensureCinémaCultureInternationalLittératureNetflixRacismeRoyaume-UniSerial killersThriller

Roald Dahl : Brève histoire des modifications sensibles apportées à la littérature pour enfants

par Alison Baker, Senior Lecturer in Early Childhood Studies, University of East London. Royaume-Uni

Puffin Books a collaboré avec le cabinet de conseil Inclusive Minds (qui dit aider les éditeurs, les auteurs et les illustrateurs à œuvrer en faveur d’une inclusion authentique, de l’accessibilité et d’une représentation diversifiée) pour réviser une partie du langage utilisé dans les livres pour enfants de Roald Dahl, plus de 100 ans après sa naissance.

L’histoire a attiré l’attention du grand public. Le Premier ministre britannique Rishi Sunak et l’auteur Salman Rushdie ont tous deux exprimé leur désaccord avec cette approche de l’œuvre de Dahl. Cependant, il n’est pas inhabituel que les livres pour enfants subissent des révisions pour les nouvelles générations.

Le médecin Thomas Bowdler a réécrit les pièces de Shakespeare pour un public familial au début des années 1800, en supprimant le contenu qu’il jugeait inapproprié des œuvres précédemment publiées du Barde. En 1853, Charles Dickens a écrit un essai furieux intitulé Frauds on the Fairies, dans lequel il critiquait la nouvelle version de plusieurs contes de fées par son ancien ami et illustrateur George Cruikshank, qui y intégrait un message contre l’alcool.

Des versions abrégées d’œuvres classiques destinées aux enfants ont été régulièrement publiées au XXe siècle, notamment Alice au Pays des Merveilles de Lewis Carroll, Little Women de Louisa M. Alcott et des livres qui n’avaient pas été écrits à l’origine pour les enfants, comme Les Trois Mousquetaires d’Alexandre Dumas ou Les Voyages de Gulliver de Jonathan Swift.

Éditions contemporaines de Roald Dahl

Roald Dahl a accepté en 1973 de supprimer les propos racistes de Charlie et la chocolaterie, publié à l’origine en 1964. La National Association for the Advancement of Colored People (NAACP) s’était opposée à la représentation originale des Oompa-Loompas par Dahl comme des « pygmées » africains.

Dans l’histoire originale de Dahl, les Oompa-Loompas étaient introduits clandestinement par Willy Wonka dans des caisses d’emballage percées de trous d’aération, ce qui faisait écho à la fois au travail des esclaves de la Gold Coast utilisés pour produire du chocolat au XIXe et au début du XXe siècle et à la traite transatlantique des esclaves. La NAACP a en outre menacé de boycotter le film de 1971 avant sa sortie en raison des inquiétudes suscitées par les représentations des Oompa-Loompas.

L’acteur Gene Wilder pose avec les Oompa-Loompas de l’adaptation de 1971 de Charlie et la Chocolaterie. Everett Collection Inc

Dans une lettre adressée à The Horn Book, un magazine de littérature pour enfants, en 1973, Doris Bass, de l’éditeur américain de Dahl, Alfred A. Knopf, a écrit que les changements apportés ne constituaient pas une « censure ». Bass insistait sur le fait que :

« Être sensible et réceptif aux changements de conscience survenus au cours de la dernière décennie n’est pas libéral ou réactionnaire (termes qui ont des connotations essentiellement politiques), ni de la censure. Il s’agit simplement d’essayer d’être des « bonnes personnes » à mesure que l’on prend conscience des sentiments et des besoins des autres.« 

L’antisémitisme de Roald Dahl a été largement rapporté au moment de sa mort. Ses éditeurs avaient entamé des discussions concernant la misogynie et le racisme dans certains de ses autres livres. Dans certains cas, il écoutait et dans d’autres, il ne le faisait pas. Finalement, ses éditeurs américains en ont eu assez de son comportement truculent et ont menacé de cesser de le publier.

Quand les livres pour enfants tombent en désuétude

Les auteurs pour enfants peuvent perdre leur popularité s’ils ne trouvent plus d’écho auprès des lecteurs. Les séries Jennings d’Anthony Buckeridge et Just William de Richmal Crompton étaient encore très lues pendant mon enfance, dans les années 1970. Aujourd’hui, on les trouve plus souvent dans les librairies d’occasion que dans les bibliothèques.

Les bibliothèques ont un espace limité et si un livre n’est plus emprunté, elles le remplacent par un texte plus contemporain que les enfants auront plaisir à lire.

L’écrivaine anglaise Enid Blyton – Source Wikipédia

Les livres d’Enid Blyton [Oui-Oui, Le Club des cinq, ndlr] ont également été révisés et mis à jour pour le jeune public moderne, notamment en renommant certains des personnages de la série Faraway Tree. Comme Roald Dahl, Enid Blyton a été contestée par ses éditeurs et ses rédacteurs au cours de sa carrière, son éditeur refusant de publier l’un de ses livres en 1960 en raison de sa xénophobie.

Les critiques à l’encontre d’Enid Blyton pour ses attitudes classistes, son vocabulaire limité et ses personnages stéréotypés ont commencé de son vivant. Comme Roald Dahl, elle n’a jamais fait l’unanimité.

La modernisation du langage de la série Le Club des Cinq ne s’est pas avérée populaire, et en 2016, l’éditeur Hachette a abandonné les révisions. Il se peut que ce soit finalement le cas des révisions de l’œuvre de Roald Dahl, bien qu’en septembre 2021, il ait été annoncé que le géant du streaming Netflix avait acheté la Roald Dahl Story Company pour un montant rapporté de 500 millions de livres [565 millions d’euros, ndlr] .

Netflix serait en train de produire une version animée de Charlie et la chocolaterie en partenariat avec l’acteur et réalisateur Taika Waititi ainsi qu’une série animée basée sur Matilda.

Dahl est toujours l’un des auteurs les plus empruntés par les bibliothèques britanniques. Il était le 6e auteur le plus emprunté sur la liste des livres pour enfants de la British Library Public Lending Rights de 2020/2021, aux côtés d’auteurs contemporains de fiction comique pour enfants tels que Francesca Simon, Liz Pichon et Jeff Kinney.

Il est dans l’intérêt de Netflix et de Puffin de maintenir la popularité de Roald Dahl et de préserver les livres pour les futurs lecteurs. L’auteur contemporain de livres pour enfants Philip Pullman suggère qu’au lieu de les éditer, on devrait laisser Roald Dahl s’épuiser, comme le font si souvent les livres pour enfants, y compris les œuvres primées.

Les merveilleux livres Mortimer et Arabel de Joan Aiken et la série Professeur Branestawn de Norman Hunter ont été épuisés pendant un certain temps, bien qu’ils aient été relancés par des dramatisations contemporaines. Peut-être les adaptations de Netflix feront-elles de même pour Roald Dahl, en préservant l’essence de sa popularité tout en supprimant le langage déshumanisant que de nombreux adultes et enfants trouvent répréhensible.

Texte paru initialement en anglais dans The Conversation, traduit par la Rédaction. La traduction étant protégée par les droits d’auteur, cet article traduit n’est pas libre de droits. Nous autorisons la reproduction avec les crédits appropriés : « Citizen4Science/Science infuse » pour la version française avec un lien vers la présente page.

Note de la Rédaction : la réaction de l’association Citizen4Science via son compte de veille des réseaux sociaux sur Twitter :

Pour aller plus loin

Cet article GRATUIT de journalisme indépendant à but non lucratif vous a intéressé ? Il a pour autant un coût ! Celui de journalistes professionnels rémunérés, celui de notre site internet et d’autres coût nécessaire au fonctionnement de la structure. Qui paie ? nos lecteurs uniquement pour garantir notre ultra-indépendance. Votre soutien est indispensable.

Science infuse est un service de presse en ligne agréé (n° 0324 x 94873) piloté par Citizen4Science, association à but non lucratif d’information et de médiation scientifique.
Notre média dépend entièrement de ses lecteur pour continuer à informer, analyser, avec un angle souvent différent car farouchement indépendant. Pour nous soutenir, et soutenir la presse indépendante et sa pluralité, faites un don pour que notre section presse reste d’accès gratuit, et abonnez-vous à la newsletter gratuite également !

Propulsé par HelloAsso

ou via J’aime l’Info, partenaire de la presse en ligne indépendante

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
22 + 8 =