ActualitésCinémaCriminologieCritique cinématographiqueCultureHarcèlementInternationalModeNetflixPsychiatriePsychologiePsychologie de groupeRoyaume-UniThriller

Série You : une criminologue explique les « délires érotomaniaques » de Joe Goldberg dans la série de Netflix

par Kritika Jerath, Assistant Professor in Criminology, University of Nottingham, Royaume-Uni

Attention : cet article contient des spoilers ! à ne pas lire avant de regarder la série

Malgré le choix inhabituel de son protagoniste, le harceleur obsessionnel et tueur en série Joe Goldberg (interprété par Penn Badgley), la série ‘You’ de Netflix entame sa quatrième saison, et les téléspectateurs du monde entier suivent les nombreux crimes qu’il commet au nom de l' »amour ».

La narration de Goldberg (qui s’adresse directement à « vous », les sujets changeants de ses obsessions) attire les téléspectateurs avec son histoire et sa tentative d’utiliser la logique pour expliquer son comportement.

Sa capacité à manipuler les situations pour attirer l’attention de ses amours romantiques suggère qu’avec une croyance forte et un dévouement à la poursuite de « l’unique », nous pouvons tous faire en sorte que les autres tombent amoureux de nous. En tant qu’universitaire qui étudie le harcèlement, je pense que ce message est dangereux.

Bande-annonce de la deuxième partie de la saison 4 de You

Un contact persistant et non désiré de la part d’un prétendant potentiel ou passé n’a rien de romantique. C’est effrayant, c’est inconfortable, c’est du harcèlement.

Bien que You soit une fiction (basée sur les romans de Caroline Kepnes), elle dépeint des personnages et des comportements de harcèlement réalistes. Par exemple, Joe Goldberg utilise la « neutralisation » (la justification interne utilisée par une personne pour défendre des actions jugées mauvaises par la société) pour rationaliser ses décisions violentes.

Une étude réalisée en 1957 a montré que les jeunes délinquants justifiaient leur comportement par des techniques de neutralisation, tout en soulignant qu’ils étaient pleinement conscients de l’illégitimité de leurs activités. Les recherches sur le cyberharcèlement et le harcèlement reflètent ces conclusions.

L’attrait de Joe Goldberg réside dans le fait qu’il est conscient de ses actes, mais qu’il explique sa logique d’une manière compréhensible pour un public émotif, qui peut s’identifier à des sentiments de passion (éphémère). Cette situation est préoccupante si certains spectateurs commencent à imiter ces sentiments et à agir en fonction de leurs émotions, comme le fait le personnage qu’ils regardent.

Penn Badgley dans le rôle de Joe Goldberg dans la saison 4 de You, qui se déroule à Londres. Source Netflix

Joe Goldberg est une version exagérée du héros romantique, qui veut courtiser l’héroïne et vivre heureux pour toujours. Son obsession à verrouiller « l’élue » renforce un mythe imaginaire raconté depuis des décennies. Compte tenu de la grande popularité de la série, je m’inquiète de la glorification du harcèlement et de l’indifférence à l’égard de la nature criminelle des tactiques coercitives de Joe Goldberg.

Quel genre de harceleur est Joe Goldberg ?

Élaboré par des experts en la matière, le profil de risque de harcèlement criminel fournit aux professionnels des lignes directrices structurées pour les aider à prendre des décisions éclairées sur le risque et le traitement des auteurs de harcèlement criminel.

La série de catégories prend en compte le contexte et les motivations du comportement de harcèlement, ainsi que sa fonction. Goldberg présente les traits d’un « chercheur d’intimité » selon les catégories de harcèlement, mais à mesure que You progresse, il oscille entre les identités d’un harceleur « rejeté » et « rancunier » qui se sent lésé par les autres ou qui veut se réconcilier avec son partenaire.

Victoria Pedretti dans le rôle de Love Quinn, un ancien amour de Joe. Source Netflix

Joe Goldberg est obsédé par Guinevere Beck (Elizabeth Lail, série 1), Love Quinn (Victoria Pedretti, séries 2 et 3) et Marienne Bellamy (Tati Gabrielle, saisons 3 et 4), croyant à chaque fois qu’elles sont son âme sœur.

Il fait des recherches approfondies sur leurs intérêts en termes de relations amoureuses – principalement sur les réseaux sociaux – et crée une projection de leur caractère. Cette tendance est courante parmi le jeune public auquel s’adresse la série.

Le comportement des harceleurs « en quête d’intimité » est souvent motivé par un trouble mental grave, qui implique des idées erronées sur la victime, comme la croyance qu’ils sont déjà en couple alors que ce n’est pas le cas (délire érotomaniaque).

La création d’un lien émotionnel et d’une relation intime est la motivation des harceleurs en quête d’intimité, et le personnage de Joe Goldberg l’incarne efficacement.

Quel est le degré de réalisme du harcèlement dans You ?

Les amours de Joe Goldberg partent de ce point de vue de « chercheur d’intimité ». Mais lorsqu’il parvient à établir une relation avec sa partenaire, sa paranoïa l’entraîne sur la voie de la violence à l’égard de tous ceux qui menacent cette union potentielle.

Cela se traduit par harcèlement, enlèvement et meurtre des amis de sa partenaire, de ses anciens partenaires et, finalement, de l’intérêt romantique lui-même. Les motifs qui poussent Joe Goldberg à traquer ses partenaires changent continuellement, mais il s’appuie toujours sur son expertise pour surveiller les réseaux sociaux de ses victimes et les retrouver.

Joe Goldberg traque sa première obsession, Guinevere Beck.

Il convainc le public qu’il ne peut tout simplement pas s’en empêcher, bien qu’il essaie à maintes reprises de mettre fin à ses pensées obsessionnelles et à ses obsessions de harcèlement. Mais c’est là que le réalisme de You s’estompe. Le chemin violent emprunté par Joe est moins courant parmi les harceleurs qui recherchent une relation intime.

Mais il faut espérer que cela amène le public à réaliser que son processus de pensée est un drame du harcèlement, anormal, et que son comportement de harcèlement est utilisé comme un moyen de commettre des actes de violence extrême et des meurtres.

Au fur et à mesure que la série You s’achève, il devient évident que ce « monsieur tout le monde » qui passe le plus clair de son temps à être obsédé par une muse romantique et qui manipule toutes les situations pour atteindre l' »amour », ne pourra jamais vivre heureux pour toujours.

Texte paru initialement en anglais dans The Conversation, traduit par la Rédaction. La traduction étant protégée par les droits d’auteur, cet article traduit n’est pas libre de droits. Nous autorisons la reproduction avec les crédits appropriés : « Citizen4Science/Science infuse » pour la version française avec un lien vers la présente page.

Pour aller plus loin

Science infuse est un service de presse en ligne agréé (n° 0324 x 94873) piloté par Citizen4Science, association à but non lucratif d’information et de médiation scientifique doté d’une Rédaction avec journalistes professionnels. Nous défendons farouchement notre indépendance. Nous existons grâce à vous, lecteurs. Pour nous soutenir, faites un don ponctuel ou mensuel.

Propulsé par HelloAsso

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
14 × 30 =