Des pays ont décidé d’interrompre l’utilisation du vaccin AstraZeneca (ou d’un lot particulier de ce vaccin) au prétexte du « principe de précaution ». Il s’agit de l’Autriche, des pays baltes, du Luxembourg, de l’Italie, du Danemark, de la Norvège et de l’Islande, et désormais également la Bulgarie et de la Thaïlande, et encore ce jour, de l’Irlande.

De quoi s’agit-il ? la survenue  d’une trentaine de cas graves de thromboses (formation de caillots sanguins) survenues chez des patients ayant reçu le vaccin AstraZeneca, dont 2 cas de troubles graves de la coagulation rapportés en Autriche, alors que l’on a dépassé les 8 millions de personnes ayant bénéficié de ce vaccin dans la zone de l’Union Européenne + Norvège et Islande.

Or l’incidence des troubles thrombotiques dans la population vaccinée est très inférieure à l’incidence relevée dans la population générale et aucun lien de causalité n’a été établie avec le vaccin administré pour ces cas : en France on compte 150 à 200 thromboses veineuses ou embolies pulmonaires pour 100 000 habitants en France par an (source : Société française de médecine vasculaire). Les cas rapportés sous vaccin AstraZeneca en 2 mois 1/2 correspondent à une incidence annuelle de 2 cas sur 100 000.

Que peut-on en conclure ?  à la totale irrationalité de ces décisions de suspension en chaîne.

Aucune donnée scientifique actuellement disponible ne justifie l’application d’un principe de précaution autre que l’analyse des lots suspects pour lesquels ces thromboses ont été rapportées, dans le cadre des bonnes pratiques et de la sécurité sanitaire d’une population.
Aucune donnée connue aujourd’hui ne contre-indique la poursuite de la vaccination dans cette période de crise sanitaire majeure où les pays européens reconfinent pour la troisième fois. La vaccination reste à la fois une urgence et une priorité.

Il n’existe à ce stade aucun signal de pharmacovigilance qui permette de justifier une interruption de l’utilisation du vaccin AstraZeneca sur base du principe de précaution.


En France à ce jour concernant le vaccin AstraZeneca, pour 1,2 M de vaccinés,  3 013 effets indésirables ont été analysés dans le cadre d’un système de pharmacovigilance renforcé concernant les vaccins contre la Covid-19 et ils comprennent principalement des syndromes grippaux (fièvre élevée, courbature, céphalées) souvent de forte intensité, selon le communiqué de l’ANSM en date d’hier qui recommande la poursuite de la vaccination, tout comme l’EMA européenne.
 

Ainsi, l’illusion de corrélation entre la vaccination et des événements indésirables thrombotiques semble à nouveau prévaloir du fait de leur coïncidence, avec une incidence faible et sans aucune causalité pouvant être a priori suspectée.

En outre, ce soir, AstraZeneca a annoncé avoir étudié les données de sécurité de 17 millions de vaccinés en Europe et n’avoir détecté aucune augmentation du risque de thrombose, y compris par tranche d’âge, sexe, pays ou selon le lot de fabrication.

Alors comment expliquer ces décisions gouvernementales qui ne reposent par sur la science ?
Nous redoutons à nouveau l’immixtion de la politique dans la science et les décisions de santé publique.

Certains pays notamment en Europe se tournent, peut-être par idéologie, vers des vaccins non agréés par l’Union européenne. C’est le cas de l’Autriche, initiateur de ce soi-disant « principe de précaution » concernant le vaccin AstraZeneca : début mars, Vienne et Moscou ont entamé des négociations qualifiées de « constructives » par l’Autriche pour l’acquisition du vaccin Spoutnik V. La Bulgarie est également en cours de négociation avec la Russie.

Dans un contexte où la mauvaise communication allant jusqu’à la désinformation scientifique fait rage sur base de populisme scientifique et de complotisme, de distanciation des citoyens avec la science et la rationalité, de défiance envers la vaccination, nous considérons ces décisions d’interruption de l’utilisation du vaccin AstraZeneca irrationnelles et mettant en danger la lutte contre la pandémie dont la vaccination est l’arme principale.
Pour rappel, le vaccin injustement incriminé est efficace à plus de 90 % sur les formes graves de Covid-19.
Nous regrettons que ce problème émane de gouvernements eux-mêmes, ce qui ne peut qu’amplifier la défiance envers les vaccins.

Citizen4Science apporte son soutien total aux professionnels de santé de première ligne : médecins et pharmaciens qui font face à des désistements de citoyens inquiets face à ce qui s’apparente la désinformation sur le vaccin AstraZeneca.
Aussi nous mettons à leur disposition ainsi qu’au public notre affiche explicative intitulée « Illusion de corrélation » qui pourra les aider à expliquer aux futurs vaccinés en quoi les craintes actuelles sur le vaccin AstraZeneca sont injustifiées, disponible sur la page d’accueil de notre site internet : https://www.citizen4science.org (version imprimable HD sur demande)

Nous appelons les médias ainsi que le gouvernement à prendre leurs responsabilités, à savoir faire état des données de la science, à faire des efforts de pédagogie pour expliquer l’irrationalité des décisions de certains et inciter la population à se faire vacciner.

Enfin, nous appelons les citoyens à garder confiance dans tous les vaccins agréés en France, ils sont tous efficaces et bien tolérés. La vaccination  nous permettra de nous protéger individuellement et collectivement et de progresser vers la résolution de la pandémie, en gardant à l’esprit que tout retard de la campagne de vaccination se compte en décès et en dégâts socio-économiques.

14/03/2021

Plus d’informations sur Citizen4Science (RNA W751258960) sur le site internet de l’association :
www.citizen4science.org

Twitter : @Citizen4Sci #Citizen4Science
Facebook page : https://www.facebook.com/Citizen4Science-112042660698911
Facebook group : https://www.facebook.com/groups/354060265679040
LinkedIn : https://www.linkedin.com/company/70424458/
Instagram : citizen4sci

Coordonnées
6 rue d’Armaillé – 75017 Paris
E-mail : contact@citizen4science.org

Contact Presse:
Fabienne Pinson, présidente de Citizen4Science
contact@citizen4science.org

Communiqué au format PDF :