Payer les personnes pour qu’elles se fassent vacciner peut marcher ; mais est-ce éthique ?

Payer les personnes pour qu’elles se fassent vacciner peut marcher ; mais est-ce éthique ?

5 juillet 2021 0 Par e-Citizen

Par Christopher Robertson, Professeur de Droit, Boston University

Un coup de pouce financier pourrait bien faire l’affaire des Américains hésitant à se faire vacciner.

Le 12 mai 2021, le gouverneur républicain de l’Ohio, Mike DeWine, a annoncé cinq prix de loterie d’un million de dollars pour ceux qui se font vacciner. Pendant ce temps, en Virginie occidentale, les jeunes citoyens sont incités à se faire vacciner par des bons d’épargne de 100 dollars, et une université d’État de Caroline du Nord offre aux étudiants qui se font vacciner une chance de gagner le coût de leur logement. De nombreuses entreprises versent plus d’argent aux employés vaccinés sous forme de primes ou de congés payés supplémentaires.

La volonté de faire vacciner le plus grand nombre de personnes possible est louable et pourrait bien fonctionner. Mais d’éminents spécialistes du comportement craignent que le fait de payer les gens pour qu’ils se fassent vacciner ne se retourne contre eux s’ils deviennent plus sceptiques à l’égard des vaccins. Et les éthiciens affirment que ce serait une erreur, invoquant des problèmes de justice et d’équité.

En tant que spécialiste des sciences du comportement et éthicien, je m’appuie sur un vaste corpus de recherches pour répondre à ces questions. Ces recherches suggèrent que les mesures d’incitation peuvent contribuer à sauver des vies et que, si elles sont correctement structurées, elles ne doivent pas nécessairement bafouer les droits individuels ou représenter une dépense énorme pour le gouvernement.

Aux États-Unis, les mesures incitatives et dissuasives sont déjà utilisées dans le domaine de la santé. Le système américain de couverture maladie privatisée expose les patients à des franchises et des tiers payants importants, non seulement pour couvrir les coûts, mais aussi pour réduire ce qui pourrait être considéré comme un gaspillage de soins de santé ; l’idée étant que le fait de chiffrer une visite aux urgences, par exemple, pourrait dissuader ceux qui n’ont pas vraiment besoin de ce niveau de soins.

Dans la pratique, cela signifie que les patients sont encouragés à refuser à la fois les soins d’urgence et les soins plus courants, puisque les deux sont exposés à des coûts.

Payer pour des comportements en matière de santé

Dans le cas de la COVID-19, les vaccins sont déjà gratuits pour les consommateurs, ce qui a sans doute encouragé les personnes à se faire vacciner. Des études ont montré que la réduction des frais personnels peut améliorer l’adhésion aux médicaments essentiels à la vie, que ce soit pour prévenir les crises cardiaques ou pour gérer le diabète.

Le fait de payer pour prendre un médicament va plus loin que la simple réduction des coûts. Et si elles sont bien conçues, ces incitations peuvent modifier les comportements en matière de santé.

Les paiements et les prix en espèces se sont avérés efficaces pour encourager les dons de sang, l’adhésion aux médicaments anticoagulants, la surveillance de la glycémie, l’activité physique et l’arrêt du tabac.

Et pour la vaccination en particulier, les paiements ont été couronnés de succès pour le papillomavirus humain (HPV) en Angleterre, l’hépatite B aux États-Unis et au Royaume-Uni et l’anatoxine tétanique au Nigeria. Les effets peuvent être considérables : Par exemple, pour un groupe de l’étude HPV, le taux de vaccination a plus que doublé grâce à une incitation.

Pour la COVID-19, il n’y a pas d’études sur le terrain à ce jour, mais plusieurs expériences d’enquête, y compris celle que mon groupe a menée auprès de 1 000 Américains, montrent que les incitations sont susceptibles de fonctionner. Dans notre cas, l’incitation d’un allègement fiscal a été suffisante pour encourager les personnes hésitantes à se faire vacciner à dire qu’elles le feraient.

Problèmes de coercition

Même si les incitations permettent de sauver des vies en augmentant le nombre de vaccinations, d’autres considérations éthiques entrent en jeu. L’une d’entre elles consiste à protéger l’autonomie des personnes qui décident de ce qu’elles mettent dans leur propre organisme. Cela peut être particulièrement important pour les vaccins COVID-19, qui, bien qu’ils aient été autorisés comme probablement sûrs et efficaces, ne sont pas encore approuvés de façon définitive par la Food and Drug Administration.

Pourtant, des personnes sont souvent rémunérées pour participer à des essais cliniques de médicaments qui n’ont pas encore été approuvés par la FDA. Les éthiciens s’inquiètent du fait que ces paiements puissent être « coercitifs » si suffisamment attrayante pour l’emporter sur le libre choix d’une personne ou puissent avoir un effet néfaste sur leur état de santé.

On peut ergoter sur la question de savoir si le terme « coercition » s’applique aux offres de paiement. Mais même si les offres étaient coercitives, les paiements peuvent encore être raisonnables pour sauver des vies lors d’une pandémie s’ils permettent d’atteindre des niveaux d’immunisation plus élevés.

Pendant l’épidémie de variole, il y a près de 100 ans, la Cour suprême des États-Unis a confirmé le pouvoir des États de rendre les vaccins obligatoires. Comparées à l’obligation de vaccination, les incitations à encourager les vaccins semblent anodines.

Exploitation et paternalisme

Pourtant, certains s’inquiètent encore. Les bioéthiciens Emily Largent et Franklin Miller ont écrit dans un article récent qu’un paiement pourrait exploiter « injustement » « les résidents aux États-Unis qui ont perdu leur emploi … ou sombré dans la pauvreté pendant la pandémie », ce qui pourrait leur donner l’impression qu’ils n’ont « pas d’autre choix que de se faire vacciner contre de l’argent ». D’autres ont noté que l’hésitation à se faire vacciner est plus forte dans les communautés non caucasiennes, où les revenus ont tendance à être plus faibles, tout comme la confiance dans le corps médical.

Les éthiciens et les décideurs politiques devraient effectivement se concentrer sur les membres les plus pauvres de notre communauté et chercher à minimiser les disparités ethniques, tant en termes de résultats sanitaires que de richesse. Mais rien ne prouve qu’offrir de l’argent soit réellement préjudiciable à ces populations. Recevoir de l’argent est une bonne chose. Suggérer que nous devons protéger les adultes en leur refusant les offres d’argent peut passer pour du paternalisme.

Certains éthiciens soutiennent également que l’argent serait mieux dépensé ailleurs pour augmenter la participation. Les États pourraient dépenser l’argent en s’assurant que les vaccins sont pratiques pour tous, par exemple en les apportant lors d’événements communautaires et dans les églises. L’argent pourrait également soutenir divers efforts visant à lutter contre la désinformation et à communiquer l’importance de se faire vacciner.

Le coût des incitations

Les incitations financières pourraient être coûteuses en tant que solution politique. Comme en Ohio, les tirages au sort sont un moyen de limiter le coût global des incitations tout en donnant à des millions de personnes une raison supplémentaire de se faire vacciner.

Le code des impôts pourrait également permettre une incitation sans frais à la vaccination. Les déductions et crédits d’impôt sont souvent conçus pour encourager certains comportements, comme l’épargne ou l’accession à la propriété. Certains États disposent aujourd’hui d’importants excédents budgétaires et envisagent des mesures d’allègement fiscal. Si un État annonçait maintenant que ces paiements seraient subordonnés à la vaccination, chaque personne refusant de se faire vacciner ferait économiser de l’argent au gouvernement.

En définitive, une incitation à la vaccination bien conçue peut contribuer à sauver des vies et ne doit pas empêcher les éthiciens de dormir.

Traduction : Citizen4Science, lien vers l’article original