Avortement : quel statut légal pour l’embryon humain ? Les réflexions scientifiques d’une biologiste en lien avec l’évolution de la législation aux États-Unis

Avortement : quel statut légal pour l’embryon humain ? Les réflexions scientifiques d’une biologiste en lien avec l’évolution de la législation aux États-Unis

6 septembre 2022 0 Par La Rédaction

par Kathryin Kavanagh, Associate Professor of Biology, UMass Dartmouth, États-Unis

La plupart des embryons humains meurent naturellement après la conception. Les lois restrictives sur l’avortement ne tiennent pas compte de cette perte.

De nombreux législateurs d’État envisagent sérieusement d’accorder le statut de personne légale aux embryons humains aux premiers stades de leur développement. Les interdictions totales de l’avortement qui considèrent que les êtres humains ont tous les droits dès la conception ont créé un domaine juridique confus qui touche un large éventail de domaines, notamment les technologies de reproduction assistée, la contraception, les soins médicaux essentiels et les droits parentaux, entre autres.

Cependant, une caractéristique biologique importante de l’embryon humain n’a pas été prise en compte dans de nombreuses discussions éthiques et même scientifiques sur la politique de reproduction : la plupart des embryons humains meurent avant même que quiconque, y compris les médecins, ne sache qu’ils existent. Cette perte d’embryon se produit généralement dans les deux premiers mois suivant la fécondation, avant que l’amas de cellules ne se soit développé en un fœtus doté de formes immatures des principaux organes du corps. Les interdictions totales de l’avortement qui définissent le statut de personne dès la conception signifient que des droits légaux complets existent pour un blastocyste de 5 jours, une boule creuse de cellules d’environ 0,008 pouce (0,2 millimètre) de diamètre qui a de fortes chances de se désintégrer en quelques jours.

En tant que biologiste de l’évolution dont la carrière s’est concentrée sur la façon dont les embryons se développent chez une grande variété d’espèces au cours de l’évolution, j’ai été frappé par la probabilité extraordinairement élevée que la plupart des embryons humains meurent à cause d’erreurs génétiques aléatoires. Environ 60 % des embryons se désintègrent avant même que les personnes ne sachent qu’elles sont enceintes. Un autre 10 % des grossesses se terminent par une fausse couche, après que la personne ait su qu’elle était enceinte. Ces pertes montrent clairement que la grande majorité des embryons humains ne survivent pas jusqu’à la naissance.

Le consensus scientifique émergeant est que le taux élevé de perte précoce d’embryons est un phénomène commun et normal chez l’homme. La recherche sur les causes et les raisons évolutives de la perte embryonnaire précoce permet de mieux comprendre cette caractéristique fondamentale de la biologie humaine et ses implications pour les décisions en matière de santé reproductive.

La perte intrinsèque d’embryons est fréquente chez les mammifères

La perte intrinsèque d’embryons, ou la mort d’embryons due à des facteurs internes comme la génétique, est courante chez de nombreux mammifères, comme les vaches et les moutons. Ce « gaspillage reproductif » persistant a frustré les éleveurs qui tentent d’augmenter la production de bétail mais qui sont incapables d’éliminer la mortalité embryonnaire élevée.

En revanche, la plupart des pertes d’embryons chez les animaux qui pondent des œufs, comme les poissons et les grenouilles, sont dues à des facteurs externes, tels que les prédateurs, les maladies ou d’autres menaces environnementales. Ces embryons perdus sont effectivement « recyclés » dans l’écosystème en tant qu »aliment. Ces animaux pondeurs n’ont que peu ou pas de perte embryonnaire intrinsèque.

Chaque carré montre les 24 premières heures du développement de l’embryon chez une espèce animale différente. De gauche à droite : 1. poisson-zèbre (Danio rerio), 2. oursin (Lytechinus variegatus), 3. veuve noire (Latrodectus), 4. tardigrade (Hypsibius dujardini), 5. ascidie plissée (Ciona intestinalis), 6. gelée en peigne (Ctenophore, Mnemiopsis leidyi), 7. ver tube du parchemin (Chaetopterus variopedatus), 8. ascaride (Caenorhabditis elegans), et 9. escargot de mer (Crepidula fornicata).

Chez l’Homme, l’issue la plus courante de la reproduction est de loin la perte d’embryons due à des erreurs génétiques aléatoires. On estime que 70 à 75 % des conceptions humaines ne survivent pas jusqu’à la naissance. Ce chiffre comprend à la fois les embryons qui sont réabsorbés par l’organisme du parent avant que l’on sache qu’un ovule a été fécondé et les fausses couches qui surviennent plus tard dans la grossesse.

L’évolution de la perte d’embryons

Chez l’homme, une force évolutive appelée transmission méiotique joue un rôle dans la perte précoce d’embryons. La transmission méiotique est un type de compétition au sein du génome des œufs non fécondés, où des variations de différents gènes peuvent manipuler le processus de division cellulaire pour favoriser leur propre transmission à la progéniture par rapport à d’autres variations.

Les modèles statistiques qui tentent d’expliquer pourquoi la plupart des embryons humains ne se développent pas commencent généralement par observer qu’un nombre massif d’erreurs génétiques aléatoires se produisent dans les ovules de la mère avant même la fécondation.

Lorsque les spermatozoïdes fécondent les ovules, l’ADN de l’embryon qui en résulte est emballé dans 46 chromosomes – 23 de chaque parent. Cette information génétique guide l’embryon tout au long du processus de développement, au fur et à mesure que ses cellules se divisent et se développent. Lorsque des erreurs aléatoires se produisent au cours de la réplication des chromosomes, les ovules fécondés peuvent hériter de cellules présentant ces erreurs et entraîner une pathologie appelée aneuploïdie, qui signifie essentiellement « le mauvais nombre de chromosomes ». Les instructions pour le développement étant maintenant désorganisées en raison de la confusion des chromosomes, les embryons présentant une aneuploïdie sont généralement condamnés.

Jusqu’à trois embryons humains sur quatre meurent naturellement au cours du processus de développement

Comme les embryons des humains et des autres mammifères sont très protégés des menaces environnementales – contrairement aux animaux qui pondent leurs œufs à l’extérieur de leur corps – les chercheurs ont émis l’hypothèse que ces pertes précoces ont peu d’effet sur le succès reproductif du parent. Cela pourrait permettre aux humains et aux autres mammifères de tolérer la transmission méiotique au cours de l’évolution.

De façon contre-intuitive, il pourrait même y avoir des avantages aux taux élevés d’erreurs génétiques qui entraînent la perte d’embryons. La perte précoce d’embryons aneuploïdes peut orienter les ressources maternelles vers des nouveau-nés uniques en meilleure santé plutôt que vers des jumeaux ou des multiples. De plus, dans l’histoire évolutive plus profonde d’une espèce, le fait de disposer d’un énorme pool de variantes génétiques pourrait occasionnellement fournir une nouvelle adaptation bénéfique qui pourrait aider à la survie de l’homme dans des environnements changeants.

L’avortement spontané est naturel

Les données biologiques sur les embryons humains apportent de nouvelles questions à prendre en compte pour les politiques d’avortement.

Bien que cela soit obligatoire dans certains États, la perte précoce d’embryon n’est généralement pas documentée dans le dossier médical. Cela est dû au fait qu’elle se produit avant que la personne ne sache qu’elle est enceinte et coïncide souvent avec la prochaine période menstruelle. Jusqu’à une date relativement récente, les chercheurs n’étaient pas conscients du taux extrêmement élevé de perte embryonnaire précoce chez les personnes, et la « conception » était un moment imaginaire estimé à partir de la dernière menstruation.

Comment la perte précoce et massive d’embryons, naturellement intégrée, affecte-t-elle les protections légales des embryons humains ?

Les erreurs qui se produisent lors de la réplication chromosomique sont essentiellement aléatoires, ce qui signifie que le développement peut être perturbé de différentes manières dans différents embryons. Cependant, si les embryons précoces et les fœtus tardifs peuvent devenir inviables en raison d’erreurs génétiques, les avortements précoces et tardifs sont réglementés de manière très différente. Certains États exigent toujours des médecins qu’ils attendent que la santé de la femme enceinte soit mise en danger avant d’autoriser l’avortement provoqué de fœtus non viables.

Dans le sillage des lois anti-avortement, des médecins ont refusé de traiter des patientes ayant fait une fausse couche parce qu’il s’agit des mêmes procédures que les avortements.

Étant donné que de nombreuses grossesses se terminent naturellement dès les premiers jours, la perte précoce d’embryons est extrêmement courante, même si la plupart des gens ne savent pas qu’ils en ont fait l’expérience. Je pense que de nouvelles lois ignorant cet événement naturel conduisent à une pente glissante qui peut mettre des vies et des moyens de subsistance en danger.

Entre 1973 et 2005, plus de 400 femmes ont été arrêtées pour avoir fait une fausse couche aux États-Unis. Avec l’évolution actuelle vers des politiques d’avortement restrictives, la criminalisation continue des grossesses qui n’aboutissent pas à une naissance, malgré leur fréquence, est une préoccupation croissante.

Je pense que reconnaître la perte massive et précoce d’embryons comme une partie normale de la vie humaine est un pas en avant pour aider la société à prendre des décisions rationnelles en matière de politique de santé reproductive.

Article paru initialement en anglais dans The Conversation, traduit par la Rédaction.
NB : la traduction est protégée par les droits d’auteur, en conséquence notre article n’est pas libre de droits.

Mis à jour le 10/09/2022 : ajout du nota bene concernant les droits d’auteur

Science infuse est le service de presse en ligne agréé (n° 0324 x 94873) piloté par Citizen4Science, association à but non lucratif d’information et de médiation scientifique doté d’une Rédaction avec journalistes professionnels. Nous défendons farouchement notre indépendance. Nous existons grâce à vous, lecteurs. Pour nous soutenir, faites un don ponctuel ou mensuel.

Propulsé par HelloAsso

ou via J’aime l’Info, partenaire de la presse en ligne indépendante