FranceSoir perd son agrément de service de presse en ligne sur la base d’un avis de la Direction générale de la santé

La CPPAP, Commission paritaire des publications et agences de presse, a décidé hier 30 novembre de ne pas renouveler l’agrément du blog dirigé par Xavier Azalbert

La CPPAP est une instance indépendante mixte, composée à parité de représentants du gouvernement et d’éditeurs de presse. Elle est notamment responsable de la reconnaissance des agences de presse et des services de presse publiant de façon classique (papier) ou en ligne. Ce dernier soit SPEL (service de presse en ligne), était celui dont bénéficiait FranceSoir. Ces agréments ouvrent droit à des avantages et aides pécuniaires, qui varient selon le type et la catégorie d’agrément décerné.

Un scoop de Mindmedia, une décision fondée sur un avis de la DGS


Le média spécialisé a lancé le scoop hier après-midi à l’heure de goûter via sa journaliste Mégane Gensous sur Twitter : « Régulièrement accusé de diffuser des contenus de désinformation, FranceSoir perd son agrément CPPAP » mettant un lien sur son article. Ont été évoqués le « défaut d’intérêt général » et « l’atteinte à la protection de la santé publique » comme motifs de la radiation.

Dans la soirée, le compte Twitter de Citizen4Science mettait en exergue le communiqué de presse du Syndicat national des journalistes (SNJ) révélant que c’est un avis de la Direction générale de la santé qui a été à l’appui de la perte du statut d’organe de presse pour FranceSoir en raison du risque de « désinformation » pouvant présenter « un risque pour la santé publique ».

Concernant l’historique du blog FranceSoir, émanant du journal en son temps prestigieux France-Soir aujourd’hui disparu, la rédaction vous propose un article récent l’évoquant dont voici un extrait :

« FranceSoir, qui avait repris le célèbre journal éponyme France Soir pour licencier tous ses journalistes et s’engager dans la monétisation du site, s’était vu il y a tout juste un an supprimer son statut d’éditeur sur la plateforme Google Actualités, puis l’accès à la monétisation de publicités Google sur son propre site.
Cela avait entraîné une baisse de fréquentation et de revenus publicitaires, que la société estimait à 3,6 millions d’euros et dont elle espérait réparation en justice.
Google a expliqué que ses règles avaient été enfreintes par le site pour diffusion de contenus complotistes sur la pandémie de Covid-19. La diffusion d’un reportage sur France 2, « Fake News, la machine à fric » aurait été un déclencheur. »

Vous y retrouverez aussi référence à la tribune rédigée l’an dernier par Citizen4Science et publiée dans L’Express : Stop aux menaces de FranceSoir et au harcèlement des porteurs de la parole scientifique, Citizen4Science, association totalement indépendante de tout groupe économique, d’influence ou de réseau, avait été accusée par la suite par FranceSoir d’être une plaque tournante de la « harcèlosphère » qu’elle combat pourtant, lui attribuant des affinités imaginaires avec des individus s’adonnant aux injures, au harcèlement et à la calomnie, ou affirmant des conflits d’intérêt de l’association avec l’industrie pharmaceutique.

Les informations de l’AFP

La CPAPP a indiqué hier à l’agence de presse AFP qu’elle « a décidé de ne pas renouveler la reconnaissance de service de presse en ligne à FranceSoir. La décision sera notifiée prochainement à l’éditeur« 

La CPPAP avait déjà examiné le cas de FranceSoir en avril 2021

Depuis le début de la crise sanitaire du Covid-19, durant laquelle le blog a été très actif – et continue de l’être – pour défendre des thèses et des figures complotistes, de nombreuses voix s’étaient élevés, notamment par des journalistes, pour demander le retrait de cet agrément. C’est ainsi que la CPPAP avait examiné son cas de façon anticipée. FranceSoir avait pu garder son précieux sésame. La ministre de la culture, Roselyne Bachelot à l’époque, avait justifié que le blog fournissait comme il se doit « informations », « analyses » et « commentaires » « susceptibles d’éclairer le jugement des citoyens ». Elle ajoutait que « La preuve a été apportée de la présence de deux journalistes permanents et quatre pigistes« . On rappellera que les requis en matière de présence de journalistes pour les Services de presse en ligne est une nouveauté 2021 que nous avions évoquée dans un article.

Conséquences de la perte d’agrément presse pour FranceSoir

Les conséquences directes sont la perte d’avantages fiscaux comme un taux de TVA réduit.
S’agissant d’un agrément dit « IPG » (Information Politique et Générale), FranceSoir perd aussi le bénéfice attrayant de la collecte de dons défiscalisés. Néanmoins, le blog semble actuellement contourner le problème en passant par l’Association pour la Presse Française Libre immatriculée au siège du journal ‘Présent’.
Autre conséquence financière : la perte d’aides financières potentielles accordées aux acteurs de la presse par le ministère de la Culture

Les conséquences indirectes sont la plus grande difficulté à obtenir des référencements et des annonceurs publicitaires, sans oublier un problème potentiel avec les journalistes de la rédaction qui ne pourront plus faire reconnaître leur activité chez FranceSoir comme une activité journalistique auprès de la commission qui leur délivre la carte de presse.

FranceSoir aura un mois pour faire éventuellement appel de cette décision à compter de sa notification officielle à l’intéressé. L’avocat William Goldnadel s’est déjà officiellemetn déclaré être l’avocat du blog pour contester une décision qu’il juge « infâme« .


Pour aller plus loin

Science infuse est le média d’information en ligne de Citizen4Science, association à but non lucratif d’information et de médiation scientifique doté d’une Rédaction avec journalistes professionnels. Nous défendons farouchement notre indépendance. Nous existons grâce à vous, lecteurs. Pour nous soutenir, faites un don ponctuel ou mensuel.

Propulsé par HelloAsso

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Résoudre : *
28 + 12 =