ActualitésCinémaCritique cinématographiqueCultureKate WinsletPsychologieSerial killersThriller

Titanic 25 ans plus tard : Comme le navire lui-même, le film de James Cameron est un peu une épave

par Daryl Sparkes, Senior Lecturer, University of Southern Queensland, Australie

Note de la Rédaction : Nous, on adore Titanic ! au point de le trouver inoxydable, intemporel. Mais ce n’est peut-être pas l’avis de tout le monde et en particulier Daryl. Mais peut-être sa critique est-elle du second degré ? Allez savoir.

Lors de sa sortie il y a 25 ans, le film Titanic de James Cameron était énorme. Il a fait des stars de ses deux acteurs principaux, Leonardo DiCaprio et Kate Winslet. Les critiques ont abondamment salué non seulement les aspects techniques du film, mais aussi le jeu des acteurs et l’intrigue.

En 1997, Titanic était, selon la phrase souvent citée du film, « le roi du monde« .

À l’époque, nous étions tous emportés par l’histoire romantique de Jack Dawson et Rose DeWitt Bukater, les amants maudits dont l’idylle sur le navire condamné s’est terminé lorsque Jack a fait le sacrifice ultime, finissant gelé dans l’Atlantique glacé pour sauver sa bien-aimée véritable.

Mais au fil des ans, les critiques et le public ont réexaminé le film et ont constaté que, comme le navire lui-même, il était un peu en ruine.

Lors de sa sortie initiale, un petit nombre de critiques ont émis des appréciations fortement négatives sur Titanic.

Aujourd’hui, de plus en plus de personnes réévaluent leur réaction positive initiale au film et changent d’avis. Qu’il s’agisse des personnages, de l’histoire ou de la fin, Titanic comporte un certain nombre de points qui, au mieux, semblent discutables et, au pire, profondément troublants.

Certains critiques vont même jusqu’à le qualifier de pire film jamais réalisé, mais c’est peut-être aller trop loin.

Obsession malsaine

Au début du film, nous voyons Rose, une femme appartenant à la classe aisée, qui subit la contrainte de sa mère Ruth, veuve, qui veut la voir épouser « Cal » Hockley pour sauver la fortune de la famille et conserver son statut dans la société. Rose est tellement malheureuse de cette situation qu’elle décide de sauter du bateau. Elle est sauvée par Jack, un vagabond sans le sou.

C’est ainsi que commence l’intrigue du film, alors que le couple ne cesse de fuir et de se cacher des autorités pour pouvoir passer du temps ensemble.

La poursuite incessante de Rose par Jack partout dans le bateau est obsessionnelle. Nous n’apprenons pratiquement rien sur le personnage de Jack Dawson, si ce n’est qu’il est un pauvre artiste orphelin, qu’il veut Rose et qu’il est prêt à tout pour l’avoir, et ce même s’ils ne se connaissent que depuis quelques jours.

Est-ce que c’est une relation saine ?

Rose n’a que 17 ans et est peut-être trop inexpérimentée pour identifier un harceleur ou un manipulateur. Influencée par le charme de Jack, Rose se retourne contre sa mère, son fiancé et à peu près tous les autres membres de sa vie. Et comment pourrait-elle donc agir autrement ?
À bord du Titanic, presque toutes les personnes riches et de la classe supérieure sont dépeintes comme des méchants, tandis que les personnes de la troisième classe, ou de l’entrepont, sont montrées comme des gens liés à la terre, décents et vertueux. Le fiancé de Rose n’est à chaque fois qu’un homme méchant et insensible qui ne se soucie ni de Rose ni de personne d’autre que lui-même.

Même lorsque le navire coule, les officiers à bord font preuve de discrimination à l’égard des passagers de l’entrepont, s’assurant que seuls les riches montent dans les canots de sauvetage ; cela n’est qu’une des nombreuses inexactitudes historiques.

Tous les personnages de la classe supérieure que nous rencontrons sur le Titanic passent peu de temps à l’écran, sauf lorsqu’ils sont désordonnés, cruels ou malveillants. Ils apparaissent comme bidimensionnels, sans émotions notables.

Le véritable amour ?

L’un des principaux thèmes du film, à savoir que le véritable amour perdure au-delà de la mort, semble également trop sentimental et simpliste à notre époque. Nous comprenons que les jeunes adolescents manquent souvent de maturité dans leurs relations et confondent souvent la luxure ou l’engouement avec l’amour.

La relation de Jack et Rose aurait-elle duré si Jack avait survécu ? Il était fauché et n’avait aucun moyen de subsistance visible. Elle avait 17 ans. Leur histoire d’amour est un fantasme à bord du navire. sans prise de responsabilité à bord du navire. Qu’en serait-il advenu dans le monde réel ?

Cela nous amène à une autre question. Rose survit au naufrage, se marie avec un autre homme et fonde une famille avec enfants et petits-enfants. Cependant, lorsque Rose meurt à la fin du film, son « esprit » descend dans l’épave du bateau où elle retrouve « l’amour de sa vie », Jack.

On a certainement un camouflet infligé à son mari et à sa famille décédés. Elle a vécu toute sa vie avec ces personnes, et pourtant le film se termine avec Rose dans l’au-delà avec quelqu’un qu’elle a connu pendant quelques jours.

Rempli de trous

Il est souvent injuste de critiquer des films avec des sensibilités modernes. Cependant, Titanic comporte un certain nombre de points qui, même considérés avec les mœurs sociales de l’époque à laquelle il a été réalisé, semblent problématiques.

Cela n’enlève rien au plaisir que de nombreuses personnes ont retiré du film au fil des ans, ni à sa brillance technique. Mais cela donne plus de poids aux critiques qui se sont élevées contre le film en 1997.

Comme le navire lui-même, le film Titanic est une relique d’une autre époque. En le revoyant, on peut se demander pourquoi on n’a jamais remarqué les trous qu’il contenait.

Pour aller plus loin

Cet article GRATUIT de journalisme indépendant à but non lucratif vous a intéressé ? Il a pour autant un coût ! Celui de journalistes professionnels rémunérés, celui de notre site internet et d’autres coût nécessaire au fonctionnement de la structure. Qui paie ? nos lecteurs uniquement pour garantir notre ultra-indépendance. Votre soutien est indispensable.

Science infuse est un service de presse en ligne agréé (n° 0324 x 94873) piloté par Citizen4Science, association à but non lucratif d’information et de médiation scientifique.
Notre média dépend entièrement de ses lecteur pour continuer à informer, analyser, avec un angle souvent différent car farouchement indépendant. Pour nous soutenir, et soutenir la presse indépendante et sa pluralité, faites un don pour que notre section presse reste d’accès gratuit, et abonnez-vous à la newsletter gratuite également !

Propulsé par HelloAsso

ou via J’aime l’Info, partenaire de la presse en ligne indépendante

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
29 + 13 =